< Retour Conseils & Inspirations

Je cultive ma superfood

23 juillet 2019

Légumes
Légumes

Quelles superfood cultiver chez soi ?

Les superfood ont des proportions particulièrement élevées d'ingrédients bénéfiques pour notre santé et notre bien-être. Bien qu’évocateurs de contrées lointaines, ces super-aliments sont très faciles à cultiver dans votre propre jardin.

Nous vous donnons ici une liste des super food à cultiver chez vous et vous proposons quelques exemples détaillés avec des conseils de culture. A vous de jouer !

Voici la liste des superfood que vous pouvez cultiver dans votre jardin en Suisse :

Légumes

  • Ail
  • Asperge
  • Betterave rouge
  • Brocoli
  • Carotte
  • Chicorino rosso
  • Chou frisé (ou Kale)
  • Choux divers
  • Courge
  • Cresson de fontaine
  • Épinard
  • Haricots et petits pois
  • Oignons
  • Patate douce
  • Poivron et piment
  • Poireau
  • Raifort
  • Roquette
  • Tomates
  • Yacon

Baies et fruits

  • Abricot
  • Airelle
  • Argousier
  • Aronie
  • Baie de goji
  • Baie des andes
  • Canneberge
  • Cassis
  • Citron
  • Cynorhodon
  • Fraise
  • Kiwi
  • Mûre
  • Myrtille
  • Pomme
  • Sureau
  • Vigne

Plantes aromatiques

  • Basilic
  • Cerfeuil
  • Origan
  • Persil
  • Romarin
  • Thym
Quelle méthodologie suivre pour créer son jardin

GUIDE
Quelle méthodologie suivre pour créer son jardin

Si vous souhaitez d'ores et déja cultiver votre propre superfood, nous vous proposons de télécharger notre guide vous proposant une méthodologie à suivre pour créer votre jardin étape par étape. A vous de jouer !

Tomates et basilic
Tomates et basilic

Conseils de culture génériques

Le plaisir de récolter ses légumes frais et croquants ainsi que ses plantes aromatiques dans son propre jardin, est un souhait partagé par beaucoup d’entre nous. Que ce soit dans un grand potager, sur une terrasse ou sur un balcon, vous pourrez bientôt déguster vos propres fines herbes, vos légumes et vos fruits.

Pour réussir dans cet ouvrage, nous vous recommandons de respecter ces quelques conseils dès la planification :

  • N’achetez que des plantons de qualité, robustes et vigoureux;
  • plantez-les immédiatement après l'achat et n'oubliez pas de les arroser;
  • attention aux limaces qui apprécient les plantons, ainsi pendant cette phase délicate, la prévention est impérative;
  • protégez les plantes sensibles avec un voile jusqu'à la mi-mai, en particulier si des gelées tardives sont annoncées;
  • stimulez les plantons en leur apportant un peu d’engrais.

En parallèle, un arrosage régulier est important jusqu'à ce que les jeunes plants se soient bien enracinés. Mieux vaut arroser le matin pour ne pas attirer les limaces qui apprécient tout particulièrement l’arrosage du soir.

Une croissance vigoureuse est tributaire de la lumière, de la chaleur et de l'eau, mais aussi d'éléments nutritifs en quantités suffisantes. Il convient de nourrir vos plantes et arbustes d’engrais riches en azotes et en potassium. Préférez toujours des engrais naturels, ainsi que des phytos bio et bannissez les pesticides.

Quelques exemples détaillés


Ail

L’ail

L'ail est riche en sulfures. Ces substances aromatiques confèrent à ce légume son odeur caractéristique. Les sulfures réduisent les risques de certains cancers et protègent les vaisseaux sanguins grâce à leurs effets réducteurs de cholestérol et de la tension artérielle. L’ail est très facile à cultiver et produit en règle générale d’excellents rendements. Les «gousses» sont repiquées aux mois de février ou d’octobre.

L’ail blanc est cultivé en automne, alors que l’ail de printemps est rose. Un sol relativement léger et calcaire est idéal. Les sols trop lourds risquent d’engendrer le pourrissement des gousses. Les gousses sont repiquées à 10 cm de profondeur et d’espacement, avec la tête pointée vers le haut. La culture est sans problème, des mesures d’entretien ne sont pas nécessaires. Il est néanmoins conseillé de contrôler les attaques éventuelles de ravageurs. La récolte s’effectue à partir du mois de juillet, lorsque le feuillage jaunit. Un bulbe produit jusqu’à 12 «gousses».

Raifort

Le raifort

Le piquant du raifort est dû aux huiles essentielles de moutarde. Elles sont très efficaces en cas d'infections bactériennes ou virales des voies respiratoires ou urinaires. Contrairement aux antibiotiques, celles-ci n'endommagent pas la flore intestinale et ne favorisent pas les résistances.

Le raifort apprécie un sol profond et humifère, ainsi qu’une exposition chaude et ensoleillée. Cette plante pérenne est très vigoureuse et peut facilement atteindre un mètre de hauteur. Elle forme une grosse racine pivotante avec des racines latérales. Ces racines secondaires peuvent être récoltées, conservées au froid et au sec pour être replantées l’année suivante. Elles sont plantées à ras du sol au printemps. La période idéale est mars-avril.

Même après la récolte en septembre-octobre, le raifort est capable de se régénérer à partir de petits fragments de racines restés dans le sol. Il est donc judicieux de planter le raifort dans un coin du jardin, où sa capacité de propagation ne sera pas gênante.

Betterave rouge

La betterave rouge

Elle doit sa couleur rouge à la bétanine, un colorant qui est également utilisé dans l'industrie alimentaire. Grâce à son action antioxydante (neutralisation des radicaux libres), la bétanine a des effets positifs sur l'organisme. La betterave rouge, appelée aussi «racine rouge» est un légume d’hiver typique. La plante est peu exigeante et apprécie les sols humifères et lourds. Le semis des betteraves rouges est possible dès le mois de février ou mars. Si vous choisissez d’acheter des plantons pour profiter d’une culture plus facile, attendez le mois de mai.

Les betteraves rouges poussent rapidement et vous ne devez pas vous soucier de l’apport d’eau et d’engrais. La récolte débute au mois de mai pour les plantes que vous aurez forcées sous châssis ; elle dure de juillet jusqu’aux premiers gels pour les plantons cultivés en plein air à partir de mai. Les tubercules peuvent être conservés pendant l’hiver.

Basilic

Le basilic

Malgré les quantités ingérées plutôt faibles, les minéraux et vitamines contenus dans le basilic justifient largement son emploi et pas uniquement pour décorer et aromatiser une salade de tomates.

Le basilic a besoin de beaucoup de chaleur. La plantation en plein air n’est donc possible qu’à partir de mi-mai, après les saints de glace. Déterminante pour une bonne croissance, l’exposition doit être ensoleillée, chaude et protégée du vent.

La couleur du feuillage révèle très vite les besoins de la plante en engrais. L’approvisionnement en eau est important également, mais avec parcimonie, car le basilic ne supporte pas l’eau stagnante. Soyez très prudent avec l’arrosage, lorsqu’il fait froid. Pour la récolte, de juin à septembre, il est judicieux de ne pas prélever les feuilles individuellement mais les pousses apicales en entier. Ceci favorise la ramification et retarde la formation des fleurs. Les plants de basilic greffés sur une petite tige sont très recommandés. Ils sont vigoureux, forment de grandes touffes et sont beaucoup moins sensibles aux maladies.

Cassis

Le cassis

La coloration bleu-noir intense des baies est due à une forte teneur en métabolites secondaires, les flavonoïdes. Avec une teneur en vitamine C quatre fois supérieure à celle des oranges, le cassis a des effets positifs sur les vaisseaux sanguins et sur le système immunitaire.

Le cassis est un arbuste à enracinement superficiel qui a des besoins importants en eau et en engrais pour permettre une croissance vigoureuse. L’emplacement n’est pas très important, il convient toutefois d’éviter l’humidité stagnante. Le cassis doit être planté de mars à novembre, lorsque le sol n’est pas gelé. Il peut être formé en touffes classiques, mais il peut être palissé en palmettes à trois tiges, formé en fuseau ou sur une petite tige. Un principe valable également pour cet arbuste classique : limiter le nombre de rameaux en sélectionnant les plus vigoureux.

Les baies qui mûrissent en juillet sont les plus grosses. Les pucerons attaquent volontiers les pousses terminales, lesquelles alors se raccourcissent et se déforment. Il est donc judicieux de traiter, tôt au printemps, les parties infestées avec un produit à base de savon noir.

Conclusion

Cultiver sa superfood est à la portée de tous à condition de suivre ces quelques règles. A vous les plats savoureux et sains. Toutefois, n’oubliez pas que ces aliments seuls ne peuvent pas vous prémunir de tous les maux. Ce sont certes des précieux alliés de notre santé, mais il convient de manger de manière équilibrée au quotidien pour rester en bonne forme.

Si vous souhaitez cultiver votre propre superfood, nous vous proposons de télécharger notre guide vous proposant une méthodologie à suivre pour créer votre jardin étape par étape. A vous de jouer !

Télécharger

Découvrez aussi

  • Maison

Lire la suite

Superfood, c’est quoi?
  • Jardin
  • DIY

Lire la suite

Plantez vos arbres et arbustes en automne
  • Jardin

Lire la suite

Fertilisants organiques: comment les choisir et bien les utiliser pour qu’ils soient efficaces