< Retour Conseils & Inspirations

Comment les plantes peuvent participer à la dépollution de votre intérieur

5 novembre 2018

Il est aujourd’hui prouvé que l’air intérieur des maisons et appartements est souvent plus polué que l’air extérieur. En effet, certains matériaux de construction et produits d’entretien empoisonnent l’air ambiant : colles, peintures, meubles en bois stratifié, encres, produits ména-gers… sont autant de polluants.

De même, un volume d’air restreint et un renouvellement d’air pas toujours optimal viennent encore noircir le tableau.

Alors les plantes dépolluantes peuvent-elles participer à la purification des pièces de son logement ? La réponse est oui ! Outre, le fait que les plantes vertes, grâce à leur couleur apaisante, diminuent le stress, elles humidifient l’air, elles rejettent de l’oxygène et absorbent des agents polluants. Alors, ne vous privez pas de ces vraies magiciennes !

1 - Un peu d’histoire

L’intérêt pour les plantes dépolluantes date des années 1970. Leurs propriétés ont ainsi été étudiées à cette époque par la NASA dans l'optique de maintenir la qualité de l'air dans des lieux clos aux confins de l'espace.

Par la suite, différents programmes de recherche, dont Phyt'air en France lancé en 2004 par l’ADEME et principal programme de recherche portant sur la phyto-épuration de l’air, s'y sont également intéressés.

Phyt’air qui réunit le Laboratoire des Sciences Végétales et Fongiques de la faculté de phar-macie de Lille, le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) et l’association Plant’Airpur, a permis de confirmer les propriétés épuratrices des plantes, sur la base de résultats obtenus après expérimentation en laboratoire.

Mais, l’étude a en outre, mis en évidence l’importance de la surface des feuilles, de la densité du feuillage et de l’hygrométrie sur l’efficacité à éliminer les polluants de l’air. Ainsi, toutes les plantes n’absorbent pas forcément les polluants que l'on rencontre dans nos intérieurs, il convient donc de composer en fonction des propriétés de chaque plante.

philodendron

philodendron

Fonctionnement de la plante dépolluante

2 - Mécanisme de dépollution avec les plantes

Les plantes participent à l’assainissement de notre environnement en agissant sur l’air que nous respirons grâce à un échange gazeux.

Les plantes dépolluantes captent les composants chimiques par l’intermédiaire de leurs feuilles via les stomates ou par leurs racines.

Elles transforment les polluants, les dégradent et produisent de la matière organique. Elles émettent ensuite du CO2 nettement plus sain que ce qu’elles ont absorbé auparavant et augmentent le taux d’humidité ambiant, la quantité d’oxygène et la qualité de l’air s’en trouvent donc améliorées.

Certaines plantes ont une plus grande efficacité que d’autres, elles diffèrent selon les polluants en présence et évidemment, plus la plante se développera et plus l’efficacité de ce pro-cessus sera importante.

3 - Les plantes dépolluantes les plus actives

Si la majorité des plantes participent à ce processus de dépollution de l’air intérieur, certaines d’entre elles, selon leurs caractéristiques, sont beaucoup plus efficaces que d’autres :

  • Le chlorophytum par exemple absorbe de nombreux polluants comme le monoxyde de carbone, le toluène et le benzène. Il est ainsi particulièrement efficace pour assainir les intérieurs soumis à la fumée de tabac.
  • La fougère est reconnue comme une des plantes les plus dépolluantes. Elle absorbe chaque jour une grande quantité de xylène et de formaldéhyde. Autre atout de la fougère : vaporisée régulièrement, elle contribue à élever notablement l’hygrométrie des pièces surchauffées.
  • Le spathiphyllum est considéré comme le champion toute catégorie ! Les feuilles des plantes de bonne taille absorbent ainsi du formaldéhyde, du xylène, du toluène, de l’ammoniac, du benzène, du trichloréthylène et aussi les vapeurs d’alcool et celles de l’acétone. Qui dit mieux ?
  • Le ficus s’attaque à de nombreux polluants, plus particulièrement au formaldéhyde. Cette espèce sera par exemple efficace dans une cuisine récemment meublée en bois aggloméré.
  • Le philodendron élimine de manière efficace les formaldéhyde et trichloréthylène. Cette dernière substance est notamment utilisée dans les peintures et les solvants. N’hésitez donc pas à la placer dans les pièces fraîchement repeintes.
spathiphyllum

spathiphyllum

Ficus

ficus

Fougère

fougère

chlorophytum

chlorophytum

En plus de leur fonction dépolluante, vos plantes ont l’avantage, non négligeable, d’être source de bien-être. La végétation apporte un sentiment apaisant, participant au confort général de son intérieur.

Pour amplifier cette sensation, il est important de combiner les effets des plantes à d’autres gestes pour accroître la qualité de l’air intérieur. Ainsi, veillez en plus, à aérer régulièrement chaque pièce, à privilégier une utilisation de matériaux de construction écologiques et de produits d'entretien respectant l'environnement.

Découvrez aussi

  • Maison

Lire la suite

Tout savoir sur les plantes d’intérieur pour une décoration vivante
  • Maison

Lire la suite

Les kalanchoë : de véritables objets de décoration
  • Maison

Lire la suite

Comment prendre soin de vos cactus ?