Septembre

Flots d’asters, de phlox et de roses remontantes à l’orée de la grande féerie automnale: après les grandes chaleurs, le jardin se rehausse de fleurs et de couleurs.

Aster - Calendrier jardinier du mois de septembre

S'occuper de son jardin en septembre
Les tâches à effectuer


Même si les journées sont chaudes, les nuits sont plus fraîches et la rosée au rendez-vous: l’arrosage se fait moins prenant en septembre. On s’occupe en revanche beaucoup de récoltes, et de sarclage - surtout si l’été a été généreux en pluie. Et l’on prépare déjà la suite: planter de nouveaux arbres, créer de nouveaux massifs, agrandir ou déplacer le potager? L’emprise de la végétation existante étant bien visible, c’est le bon moment pour choisir leurs emplacements. Et même pour commencer à les préparer.

Remarques générales


La fin de l’été, c’est à la fois une saison de jardinage qui s’achève - avec la récolte des fruits du verger, les tomates à mettre en conserve, les dernières confitures, les planches du potager que l’on nettoie - et une autre qui commence - avec de nouveaux projets, un massif à créer ici, une zone à modifier ou à rendre plus intéressante là. Après les vacances, le jardin a besoin d’une remise en beauté: selon que l’été a été caniculaire ou frais, on retire des massifs les pousses desséchées ou les feuillages tachés qui gâchent le spectacle des floraisons tardives. Si les pluies estivales ont été généreuses, il faut parfois éliminer une impressionnante quantité de verdure, juste pour rendre sentiers et passages à nouveau praticables. Et redonner ainsi au jardin un visage plus agréable, histoire d’accueillir en beauté sa saison la plus flamboyante: l’orée de l’automne, ses feuillages rutilants, ses fruits colorés et ses dernières floraisons.

Potager

Potager
Légumes et aromatiques


Au potager, poursuivez les semis: choux, laitues à couper, mâche, épinards, radis d’hiver, plantain corne-de-cerf. Plantez chicorées, scaroles et choux. Récoltez tomates, concombres, salades, haricots, courges, melons, aubergines, pommes de terre. Attachez soigneusement les pousses des tomates, elles plient vite sous le poids d’un bouquet de fruits mûrissants.

Laissez quelques plants venir à graines, ou le cas échéant mûrir ces graines, pour les semis de l’année prochaine. En principe vous obtiendrez des plants identiques notamment avec les petits pois, les haricots, les laitues, l’arroche ou les tomates. En revanche les courges ou les concombres s’hybrident facilement.

Nettoyez et recouvrez (paillage) les planches qui ne seront pas utilisées ces prochains mois. Il est aussi possible d’y planter des bulbes pour les bouquets printaniers (tulipes, narcisses, jacinthes), ou d’y semer des engrais verts.

Côté aromatiques, cueillez verveine, menthes, origan, thyms, sauge, romarin. Bouturez laurier-sauce, verveine odorante, romarin. Divisez et replantez les thyms rampants. Semez cerfeuil, persil, aneth.

Jardin fruitier

Jardin fruitier
Verger et petits fruits


Au verger, septembre marque le début de la grande saison des récoltes: prunes, premiers raisins, pommes et poires de garde. Selon les conditions locales, ce peut aussi être le début de la guerre contre les oiseaux chapardeurs... Des filets protecteurs aux effaroucheurs, il existe toutes sortes de dispositifs pour limiter la maraude. Mais si les oiseaux sont nombreux, il s’avère difficile de lutter.

Si vous n’avez que quelques petits arbres basses tiges, donc relativement peu de fruits, le plus efficace est de protéger ces derniers individuellement, en les ensachant. Utilisez des sachets en filet fin, soigneusement fermés au-dessus de chaque grappe ou fruit: ils protègeront aussi des insectes, notamment des guêpes ou des mouches. Les sachets opaques sont à éviter, ils ne permettent pas une bonne maturation des fruits (et les modèles en papier kraft ne supportent pas les intempéries). Pour les arbustes à petits fruits ou les arbres fruitiers plus grands, on recourt plutôt à des cages à fruits ou à des filets - mais attention, ils doivent être parfaitement fermés!

Supprimez les branches des framboisiers qui ont terminé leur fructification, ainsi que les rejets indésirables, en les coupant au ras du sol. Poursuivez la récolte des mûres, framboises et fraises remontantes. Plantez ou repiquez des fraisiers.

Jardin d'ornement

Jardin d'ornement
Fleurs, arbres et arbustes


Il est plus facile de procéder aux tailles importantes d’arbres et de grands arbustes en morte saison... mais c’est en fin d’été qu’on se rend le mieux compte de leur effet sur le jardin, en matière d’ombrage notamment. Observez vos plants et prenez note des interventions qui seront nécessaires le cas échéant.

Pour les coupes plus légères, vous pouvez intervenir sans délai, s’il est possible de le faire sans abîmer des plantations voisines. Poursuivez également les tailles en vert des topiaires, des haies taillées, des lavandes et des buissons devenus trop encombrants, des glycines et des autres grimpantes exubérantes.

Après un été bien arrosé, les indésirables sont nombreuses dans les massifs: poursuivez le sarclage et remettez si nécessaire du paillage neuf. Supprimez au fur et à mesure les fleurs fanées, pour favoriser la production de nouvelles corolles (rosiers, dahlias, saisonnières) ou éviter les semis indésirables (asters, phlox, buddléias). Divisez et transplantez les iris des jardins, les hémérocalles, les gaillardes. Plantez les arbustes et vivaces rustiques proposés en conteneurs, les bulbes de safran, de lis de la Madone et les premiers bulbes à fleurs printanières. Ressemez en place, là où vous voulez les voir fleurir, les graines de vivaces et d’annuelles rustiques.

Balcon et terrasse

Balcon & terrasse
Potées d'extérieur


Si les grands classiques, comme les pélargoniums (au soleil) ou les fuchsias (à mi-ombre), continuent inlassablement leur floraison, quelques plantes saisonnières marquent le pas en fin d’été. C’est l’occasion de les remplacer par des espèces à floraison plus tardive, comme les chrysanthèmes.

Mais de manière générale, les belles estivales atteignent leur plénitude en septembre: il suffit d’ajouter une ou deux potées à belle coloration automnale pour renouveler l’intérêt des compositions. Choisissez de préférence des plantes qui restent longtemps intéressantes: érables japonais, hortensias, hydrangéas paniculés... Ces arbustes supportent bien la culture en pot et n’auront en outre pas besoin d’une serre à la mauvaise saison, juste d’un endroit un peu abrité. Optez pour des hortensias et des hydrangéas montrant à la fois un feuillage coloré et des fleurs vieillissant bien. Parmi les nombreuses variétés d’érables japonais, certaines se parent d’une écorce bien colorée l’hiver: choisissez un plant montrant déjà une ramure bien équilibrée, il sera beau douze mois sur douze.

Plantes d'intérieur

Plantes d'intérieur
Fleurs et feuillages dans la maison


Pour les plantes de maison qui ont passé la belle saison sur le balcon ou au jardin, c’est aussi déjà l’heure de la rentrée. Un changement brutal de leurs conditions de vie risque en effet de leur faire perdre tout le bénéfice de leur séjour à l’extérieur, en se traduisant par une chute plus ou moins importante du feuillage.

Aussi vaut-il mieux les rapatrier dans l’appartement quand température et hygrométrie, notamment, ne sont encore pas trop différentes entre l’extérieur et l’intérieur. Pour éviter les mauvaises surprises, inspectez bien les plantes avant de les rentrer; vérifiez en particulier qu’elles n’abritent pas de pucerons (surtout jeunes pousses et boutons floraux) ni de mouches blanches (au revers des feuilles). Si c’est possible, installez les estivantes à l’écart des plantes restées dans l’appartement, au cas où des passagers clandestins auraient échappé à l’inspection.

Espaces verts

Espaces verts
Gazons, pelouses et prairies


Selon que l’été a été sec ou humide, on reprend ou on poursuit les tontes des gazons et pelouses (prairies tondues), que l’on peut désormais couper un peu plus court. Les prairies plus ou moins fleuries, elles, sont fauchées une seconde (voire troisième) fois en fin de saison: une tâche qu’on peut effectuer en septembre, surtout pour transformer l’herbe en foin, mais qu’on peut aussi reporter à octobre, si elles ont encore belle apparence et/ou beaucoup de fleurs.

La fin de l’été est la meilleure période pour (res)semer un gazon: le sol est encore tiède, les températures idéales, l’ambiance plus humide - d’autant que la pluie vient souvent à la rescousse pour nous éviter d’avoir à arroser trop souvent. Choisissez un mélange adapté à l’usage prévu et, surtout, aux conditions offertes par votre jardin: le gazon fin, “à l’anglaise”, dont vous rêvez peut-être ne donnera rien si l’emplacement est plutôt ombragé, s’il sert de place de jeux aux enfants ou si vous n’avez pas le temps de vous en occuper. Avant le semis, préparez le sol en enlevant les pierres, racines et gros cailloux et en égalisant la surface au râteau. Arrosez après avoir semé, puis régulièrement s’il fait chaud et sec. Attendez que le nouveau gazon atteigne une dizaine de centimètres avant d’effectuer la première tonte.

Jardin au naturel

Jardin au naturel
Favoriser la biodiversité


Traiter ou ne pas traiter?
Par rapport à un jardin cultivé de façon conventionnelle, un jardin naturel laisse davantage de place à la végétation spontanée, aux espèces locales et à la petite faune.

Mais il se distingue aussi par un moindre interventionnisme - et, en particulier, un moindre recours aux produits de traitement. Pas seulement parce que ses jardiniers prennent les choses avec davantage de philosophie, mais aussi parce qu’un tel jardin étant plus diversifié, il est naturellement plus équilibré. Il connaît ainsi moins de proliférations de bestioles à problème, et ces dernières y sont le plus souvent rapidement contrôlées par leurs prédateurs. Hormis dans des cas particuliers - notamment aux abords immédiats de la maison, où les oiseaux s’aventurent moins, sur un balcon peu exposé aux intempéries, ou encore dans une serre, où l’ambiance est plus confinée - il n’est ainsi bien souvent pas nécessaire d’intervenir: la plupart des invasions se règlent toutes seules en quelques jours.

Côté “maladies”, le choix de variétés résistantes et la diversité des végétaux présents y freinent aussi la propagation des champignons pathogènes et autres micro-organismes. Même si, au cours d’une année particulièrement humide, on risque d’y voir tout de même du mildiou sur la vigne, du marsonia sur les rosiers, ou des plants de tomates brunis...

Nos horticulteurs se tiennent à votre disposition en magasin pour vous conseiller au mieux et compléter les recommandations de notre calendrier jardinier.

Pourquoi planter à l'automne?
Vidéo conseil


S’occuper de son jardin et planter bulbes, arbres et arbustes lors de cette saison permet de favoriser l’enracinement pour des plantes magnifiques au printemps! Notre expert Stéphane, vous donne ici ses conseils pour planter pendant cette saison.

Suivez-nous sur
Retrouvez-nous sur FacebookRetrouvez-nous sur InstagramRetrouvez-nous sur YouTubeRetrouvez-nous sur PinterestRetrouvez-nous sur Twitter

Recevez notre newsletter et restez informés!

La newsletter vous permet de recevoir en avant-première nos dernières offres, des conseils pratiques de qualité et toute l’actualité Schilliger.