Février

Si le froid peut être vif, les jours s’allongent... et la liste des tâches à accomplir avant le grand redémarrage printanier aussi. A vos sécateurs!

Primevères - Calendrier jardinier du mois de février

S'occuper de son jardin en février
Les tâches à effectuer


Les conditions météo ne nous donnent pas toujours envie de jardiner, en février. Il est pourtant temps de se remettre au travail: taille des arbres fruitiers à pépins, rempotage des plantes de maison, premiers semis en intérieur, mise en beauté des arbustes d’ornement rustiques, diverses tâches nous attendent, qui doivent être menées à bien avant le grand redémarrage printanier.

Remarques générales


Il peut y avoir des exceptions, bien sûr, mais février est généralement un mois plutôt sec en Romandie, surtout en plaine - et en montagne, les précipitations s’y manifestent le plus souvent sous forme de neige. La durée d’ensoleillement se situe habituellement dans des valeurs moyennes. Les températures restent modestes, même si elles montrent une tendance à la hausse par rapport à celles de janvier: en plaine, elles sont généralement légèrement positives. Des conditions favorables pour entreprendre les travaux de taille - mais si une période de grands froids est annoncée, mieux vaut les reporter de quelques semaines. S’il fait sec, penser à arroser les nouvelles plantations (rosiers et arbres mis en terre depuis l’automne); choisir pour ce faire une période où les températures sont positives.

Potager

Potager
Légumes et aromatiques


Commencez les semis, en intérieur (tomates, poivron, aubergine, concombre...), sous abri ou châssis (brocoli, chou-fleur, laitue, radis, carotte, poireau) et en pleine terre (fève, épinard).

Plantez ail et oignons, par temps clément. Récoltez choux, salades d’hiver, oseille, topinambour, fève. Préparez les planches destinées aux pommes de terre et aux asperges. Videz les composts et épandez le compost mûr sur les planches à fertiliser. N’oubliez pas d’aérer les tunnels par beau temps.

Côté aromatiques, semez le persil, bouturez le romarin et la sauge officinale (sous abri). Préparez un carré de plantes aromatiques et médicinales, que vous pourrez planter au printemps.

Jardin fruitier

Jardin fruitier
Verger et petits fruits


En plaine, ne tardez pas à effectuer les travaux de taille: raisinets, groseilliers, cassis, framboisiers si vous ne les avez pas nettoyés en automne, ainsi qu’arbres fruitiers à pépins (pommiers, poiriers, nashis, cognassiers). Enchaînez avec la taille des vignes à fruits et des kiwis.

Utilisez les déchets de taille pour bouturer vos variétés préférées (petits fruits, figuier, certains pruniers). Février est une bonne période pour les plantations d’arbres fruitiers à racines nues: préparez les nouveaux emplacements. Pour ce faire, creusez des trous de plantation largement dimensionnés (deux fers de bêche en tous sens). Réservez la terre d’excavation en tas à côté du trou, et couvrez le tout avec une bâche: il sera ainsi aisé de planter les sujets à racines nues dès réception. Choisissez des variétés adaptées à votre altitude et résistantes aux maladies; ainsi, vous n’aurez pas à vous préoccuper de traiter. Contrôlez régulièrement l’état des fruits conservés au cellier.

Jardin d'ornement

Jardin d'ornement
Fleurs, arbres et arbustes


Les jardins d’altitude n’en ont pas encore fini avec la neige et, hormis éventuellement quelques travaux de taille (abattages, coupes importantes sur arbres et arbustes d’ornement), on les laisse au repos.

En plaine en revanche, par temps clément, on peut préparer des emplacements de nouveaux massifs et planter des rosiers à racines nues. On peut aussi y débuter le nettoyage des massifs mélangés et des massifs de vivaces. Attention, ce faisant, à ne pas endommager les bulbeuses printanières, dont la croissance est plus ou moins avancée!

Vers la fin du mois, toujours en plaine, il est possible de commencer à tailler les rosiers, pour autant bien sûr qu’une période de fort gel ne soit pas annoncée. En revanche on ne touche pas aux autres arbustes à floraison printanière, comme les forsythias, les cognassiers du Japon ou les lilas (sauf si une importante coupe de rajeunissement est nécessaire); le cas échéant, ils ne seront taillés qu’après floraison. On peut toutefois prélever des rameaux pour les bouquets: chaleur aidant, ils écloront rapidement leurs fleurs dans la maison. Ou pas: toutes les espèces ne se prêtent pas à cet usage. Essayez donc d’abord avec juste quelques rameaux.

Balcon et terrasse

Balcon & terrasse
Potées d'extérieur


Attention aux cyclamens des fleuristes, chrysanthèmes et autres plantes semi-rustiques qui passent l’hiver sous un abri: une ambiance humide et confinée favorise le botrytis, une maladie fongique qui se présente sous forme de moisissure grise.

Le cas échéant, retirez sans délai les parties touchées (boutons, fleurs, feuilles, voire extrémités de tiges) et déménagez les plants à un endroit mieux ventilé. Contrôlez aussi régulièrement que les plantes de balcon hivernées en serre ou dans l’appartement ne soient pas victimes de parasites (pucerons, cochenilles, mouches blanches). Lorsque la végétation reprend, veillez à ce qu’elles bénéficient d’un emplacement aussi lumineux et frais que possible, afin de favoriser une croissance vigoureuse.

En plaine, commencez à nettoyer les bacs composés de vivaces et d'arbustes rustiques. Retirez les parties sèches ou abîmées, taillez si nécessaire. Terminez par un apport de compost en surface. Complétez le décor avec des primevères, des pensées et des bulbeuses de printemps - narcisses, scilles, éranthes, petites tulipes. La floraison de ces dernières étant plutôt brève, choisissez-les en boutons.

Plantes d'intérieur

Plantes d'intérieur
Fleurs et feuillages dans la maison


Dans le courant du mois, commencez les rempotages pour les plantes qui en ont besoin. C’est en particulier le cas de celles qui semblent désormais bien trop grandes par rapport à leur contenant, ou dont les racines commencent à sortir par les trous de drainage, bien sûr; mais parmi les plantes qui n’auraient pas été rempotées depuis 3 ou 4 ans, beaucoup apprécieront de bénéficier de terreau neuf.

Choisissez un pot plus grand de 2-4 centimètres en diamètre (davantage s’il s’agit d’une grande plante visiblement à l’étroit), mais si possible de forme analogue: il sera plus facile de combler avec le terreau sur le pourtour. Après rempotage, évitez une luminosité trop intense, arrosez normalement mais sans ajouter d’engrais durant les premières semaines, puis à demi-dose ensuite.

Une fois leur floraison terminée, déménagez les cyclamens, le jasmin des fleuristes ou les azalées dans une pièce fraîche; à mi-printemps, elles pourront être sorties sur la terrasse ou au jardin. Les amaryllis (Hippeastrum), elles, supportent mieux les températures douillettes et peuvent rester dans la pièce où elles ont fleuri. Supprimez les tiges florales une fois tous les fleurons fanés, mais laissez les feuilles intactes et poursuivez la culture comme pour une “plante verte”.

Espaces verts

Espaces verts
Gazons, pelouses et prairies


Gazons et pelouses sont encore au repos. On peut les fouler sans problème s’ils sont recouverts d’une bonne couche de neige. En revanche, si l’herbe est gelée, mais sans couverture neigeuse, mieux vaut éviter de marcher dessus.

Si, en automne, vous avez bâché un coin de pelouse pour y semer une prairie fleurie au printemps, il est temps de commander vos graines. Choisissez de préférence entre un mélange de fleurs annuelles (qu’il faudra ressemer, au moins partiellement, chaque année) et un mélange d’annuelles et de vivaces (qui évoluera avec les années), mais sans graines de graminées. En effet, en raison de leur croissance rapide, ces dernières tendent à trop concurrencer la croissance des plantes “à fleurs”.

Jardin au naturel

Jardin au naturel
Favoriser la biodiversité


Planter une grande diversité de végétaux, dont des indigènes et d’autres plantes utiles à la petite faune, éviter le propre-en-ordre, renoncer aux traitements chimiques: suivre ces quelques lignes directrices permet déjà de jardiner “naturel”.

On peut encore faire mieux, d’une part en multipliant les micro-milieux (bassin, espace couvert de gravillons ou de sable, arbre mort...), d’autre part en recyclant un maximum sur place. Et notamment - puisqu’on est en plein dans la période - les déchets de taille. Entasser des branchages permet certes de créer des abris pour le hérisson ou d’autres petits animaux. Mais si l’on a plus d’un ou deux arbustes, ces tas prennent vite trop de place... Les plus grosses branches peuvent être débitées pour servir de bois de chauffage (ou pour alimenter le barbecue à la belle saison). Les branches de petit diamètre, elles, peuvent trouver des emplois divers, tressées dans des plessis, utilisées comme tuteurs, voire recyclées dans des petites constructions éphémères - barrières, gloriette, hutte... Un broyeur enfin permettra de transformer celles qui sont trop petites, ou trop courbes, ou simplement trop nombreuses, en paillage aux usages multiples.

© Isabelle Erne

Nos horticulteurs se tiennent à votre disposition en magasin pour vous conseiller au mieux et compléter les recommandations de notre calendrier jardinier.

Comment planter les semis et les réussir
Vidéo conseil


Se constituer un joli jardin relève parfois de l’art : il faut rêver, anticiper, planifier puis se lancer et créer ! Lorsque l’on effectue des semis, il y a quelque chose de magique qui s’opère : partir de la graine et la faire grandir jusqu’à devenir une véritable plante potagère ou une fleur, un bel exploit ! Découvrez la page consacrée à ce tutoriel ici.

Suivez-nous sur
Retrouvez-nous sur FacebookRetrouvez-nous sur InstagramRetrouvez-nous sur YouTubeRetrouvez-nous sur PinterestRetrouvez-nous sur Twitter

Recevez notre newsletter et restez informés!

La newsletter vous permet de recevoir en avant-première nos dernières offres, des conseils pratiques de qualité et toute l’actualité Schilliger.