Décembre

Journées courtes et brouillard, feu dans la cheminée, aubes et crépuscules flamboyants: décembre est à la fois sombre et lumineux. Et, côté jardin, plutôt reposant...

Poinsettias ou Étoiles de Noël - Calendrier jardinier du mois de décembre

S'occuper de son jardin en décembre
Les tâches à effectuer


Porte d’entrée de l’hiver, décembre ouvre une période calme au jardin. Une fois les derniers rangements effectués - réseau d’eau fermé, outillage et mobilier délicat remisé, serre à tomates pliée - on peut très bien choisir de ne rien faire. Mais les passionnés de jardin ne risquent pas pour autant de s’ennuyer: entre travaux de taille, préparation de commandes et nouveaux projets, il y a largement de quoi s’occuper... si l’on en a envie.

Remarques générales


Dans la plus grande partie de la Suisse, décembre est habituellement le mois le moins ensoleillé de l’année. Logique: c’est alors que les journées sont les plus courtes, et l’ensoleillement maximal possible est deux fois moindre qu’en juin. C’est aussi, normalement, le mois le plus frais de l’année avec janvier, avec des températures moyennes un peu en-dessus de zéro en plaine. Mais les précipitations de décembre varient passablement d’une année à l’autre: si les chutes de neige peuvent être importantes, Noël n’est pas forcément blanc, même dans les jardins de montagne. Lorsque décembre est clément, il permet d’effectuer de nombreux travaux jardiniers, des plantations à racines nues d’arbres fruitiers et de rosiers à la mise en beauté des arbustes et des haies: il est plus facile de bien tailler en l’absence des feuilles.

Potager

Potager
Légumes et aromatiques


Au potager, repiquez les semis de mâche et de laitues d’hiver. Paillez les planches inutilisées et les cultures de poireaux et légumes-racines: le sol restera plus meuble et il sera plus facile de récolter durant l’hiver. Vous pouvez utiliser pour ce faire des feuilles mortes mélangées aux dernières tontes de la pelouse: l’ensemble aura moins tendance à s’envoler.

Blanchissez les cardons. Récoltez les topinambours au fur et à mesure: ils se conservent mal hors de terre. Mettez en place les protections hivernales (voile d’hivernage, petits tunnels selon les cultures). Tuteurez choux de Bruxelles et choux frisés. Côté aromatiques, la souche de la plupart des espèces vivaces est résistante au gel, mais pas toujours les parties aériennes: si vos stocks ont baissé, faites encore provision de feuilles de menthe ou d’origan avant qu’elles brunissent. Sauge, romarin, laurier-sauce, thyms en revanche conservent leur feuillage l’hiver, au moins partiellement. La verveine aussi, mais cette plante est plus frileuse: si elle est en pot, rentrez-la en serre froide.

Jardin fruitier

Jardin fruitier
Verger et petits fruits


Préparez les emplacements des nouveaux arbres fruitiers. Prévoyez des trous de plantation largement dimensionnés (deux fers de bêche en tous sens). Réservez la terre d’excavation en tas à côté du trou, et couvrez le tout avec une bâche: il sera ainsi aisé de planter les sujets à racines nues dès réception, même s’il neige ou s’il pleut.

Contrôlez régulièrement l’état des fruits de garde et éliminez aussitôt ceux qui s’abîment. On casse généralement les noix au fur et à mesure de leur utilisation, mais si vous préférez décortiquer toute votre récolte d’un coup, il est possible de congeler les cerneaux qui ne sont pas consommés immédiatement, pour leur éviter de rancir. Toutes ces réserves attirent facilement des rongeurs: installez des pièges si nécessaire.

Les tailles de formation des petits fruits (cassis, raisinets, groseilles et compagnie) et la taille des fruitiers à pépins s’effectuent en morte saison. Il n’y a pas urgence cependant et, surtout en climat rude, on préfèrera les réaliser en fin d’hiver.

Jardin d'ornement

Jardin d'ornement
Fleurs, arbres et arbustes


N’hésitez pas à laisser tiges et pousses sèches en place, même si elles n’ont plus une allure impeccable. C’est bon non seulement pour la petite faune, qui y trouve de nombreux abris, mais aussi pour les plantes elles-mêmes, dont les souches sont un peu protégées par ce “paillage” in situ.

Hors périodes de gel, on peut continuer à planter rosiers et autres arbustes rustiques. Mieux vaut en revanche garder à l’abri les plantes un peu frileuses et/ou qui sortent de serres, comme les hellébores ou les camélias, que l’on achète au cours de l’hiver en potées fleuries: on les installera au jardin au printemps prochain.

Rabattez ou attachez les longues pousses des grimpantes, les nouvelles branches des rosiers, pour éviter qu’elles ne se brisent avec le vent ou la neige. Terminez la mise en place des protections hivernales: voiles, plaques de verre, cloches... Poursuivez les tailles des haies, les grosses coupes sur les arbres d’ornement. Coupez le réseau d’eau extérieur.

Balcon et terrasse

Balcon & terrasse
Potées d'extérieur


Diverses plantes plus ou moins rustiques peuvent agrémenter terrasses ou rebords de fenêtres durant l’hiver grâce à leurs fleurs, leurs feuillages colorés et/ou leurs fruits décoratifs: heuchères, nandinas, choux d’ornement, leucothoés, gaulthéries, sans oublier bien sûr callunes, bruyères et pensées.

Remisez les dernières potées de méditerranéennes (en plaine, bien sûr: en montagne c’est déjà fait... on l’espère) ainsi que les jeunes plants de chrysanthèmes que vous souhaitez conserver. A défaut d’une serre froide, choisissez-leur un emplacement aussi frais (mais hors gel) et aussi lumineux que possible: sas d’entrée, garage ou buanderie dotés de vitrages, hall et autres espaces communs d’un immeuble d’habitation. Installez les potées plus ou moins rustiques à l’abri des intempéries et des grands froids; en plaine, la protection d’une façade ou d’un grand avant-toit peut suffire. Mieux vaut retirer les soucoupes: le terreau ne doit jamais être détrempé. N’oubliez cependant pas d’arroser régulièrement, d’une main légère.

Plantes d'intérieur

Plantes d'intérieur
Fleurs et feuillages dans la maison


Avec l’hiver nos plantes “d’intérieur” reprennent tout leur intérêt. Mais si vous faites de nouvelles acquisitions, pensez à bien les protéger pour leur éviter de brusques changements de températures durant le transport. Les petites plantes peuvent être transportées dans un sac isotherme; les plus gros sujets doivent être soigneusement emballés et transportés dans l’habitacle de la voiture, non dans le coffre.

La plupart des plantes “d’intérieur” redoutent l’air sec, mais aussi les courants d’air et les excès d’arrosage. Evitez de les placer près d’un radiateur ou d’un poêle, ou à proximité d’une porte d’entrée ou d’une fenêtre souvent ouvertes. Résistez à la tentation de compenser une hygrométrie insuffisante en augmentant les arrosages: installez plutôt des évaporateurs.

Espaces verts

Espaces verts
Gazons, pelouses et prairies


Une fois la dernière tonte effectuée, on laisse gazons et pelouses tranquilles durant l’hiver. En évitant même, autant que possible, de les fouler lorsque l’herbe est gelée.

Repos, donc! Tout au plus faudra-t-il peut-être encore ramasser les feuilles mortes tombées des arbres voisins, s’il y en a beaucoup; pour les prairies, il n’est même pas nécessaire de se donner cette peine! A noter qu’il est encore possible de préparer (presque) sans effort un coin de pelouse pour y installer des fleurs de prairie - ou un massif - au printemps prochain. Il suffit de le tondre très court avant de le recouvrir de plastique agricole (ou de tout autre matériau opaque), lesté de pierres, dalles, planches ou copeaux.

Jardin au naturel

Jardin au naturel
Favoriser la biodiversité


Beaucoup de jardiniers nourrissent les oiseaux. C’est effectivement un des plaisirs de l’hiver que d’observer leur bal autour des mangeoires! Mais est-ce vraiment nécessaire, ou même simplement utile? En réalité, ce nourrissage n’a pas d’effet sur la survie des populations d’oiseaux à moyen ou long terme. Et il peut même influencer négativement leur fécondité.

En fait, la meilleure manière d’aider les oiseaux, c’est de planter de nombreux végétaux différents - en particulier des indigènes - et d’éviter le “propre-en-ordre”. On effectuera ainsi le grand nettoyage des massifs en fin d’hiver plutôt qu’en automne, on laissera en place un arbre mort, des tas de branchages, un compost à découvert... Si l’on tient à compléter avec du nourrissage, il faut le limiter aux périodes où il gèle, ou durant lesquelles le sol est recouvert d’une épaisse couche de neige. Attention au choix de la nourriture: les mélanges riches en céréales profitent avant tout aux moineaux et pigeons, ce qui n’est pas forcément souhaitable. Privilégier les graines de tournesol, de chanvre, les noix et noisettes, les raisins secs, les pommes, va en revanche plutôt profiter aux mésanges, pics et pinsons, au rouge-gorge, au verdier ou à la sittelle. La nourriture est plus utile quand elle est disponible tôt le matin. Les mangeoires doivent être placées à l’abri des prédateurs, en particulier des chats. Un ou des points d’eau sont également appréciés; de l’eau tiède restera liquide plus longtemps lorsqu’il gèle.

© Isabelle Erne

Nos horticulteurs se tiennent à votre disposition en magasin pour vous conseiller au mieux et compléter les recommandations de notre calendrier jardinier.

Connaître le poinsettia
Vidéo conseil


Découvrez les poinsettias de notre production avec Betty! Aussi appelée Etoile de Noël, cette plante est reine des fêtes de fin d'année. Saviez-vous que la partie colorée n'est pas la fleur? Qu'elle a besoin d'obscurité pour se colorer? Apprenez-en plus dans cette vidéo!

Suivez-nous sur
Retrouvez-nous sur FacebookRetrouvez-nous sur InstagramRetrouvez-nous sur YouTubeRetrouvez-nous sur PinterestRetrouvez-nous sur Twitter

Recevez notre newsletter et restez informés!

La newsletter vous permet de recevoir en avant-première nos dernières offres, des conseils pratiques de qualité et toute l’actualité Schilliger.